Khalifa in Le Monde: A new Arab democracy will be born on the ruins of the regime in Damascus

30 June 2011 188 views No Comment Email This Post Email This Post Print This Post Print This Post

The bloodshed must be stopped in Syria
Article published in the 6/17/11, Le Monde.

A new Arab democracy will be born on the ruins of the regime in Damascus

April 1, early in the third week of the revolt in Syria, the regime had already used all the battery of lies, the same as that of President Ben Ali and Mubarak, accusing the protesters of being infiltrators, saboteurs, agents in the pay of foreign countries, addicts in search of psychedelic drugs. He went so far as to invent the existence of armed groups who attacked the police, gangs from neighboring countries to create disorder, handsomely paid by such a government as Arab or Lebanese political parties.
Official media broadcast stories implausible that could convince only those who believed, as they lacked imagination. Stories the henchmen of power resumed as incontestable truths, trying to scare, to raise a portion of the population against another, to mobilize all those who profited from the dictatorship one way or another. On the other side, the demonstrators proceeded, undaunted, claiming demands crisp and clear: we no longer accept to live under a despotic and corrupt regime, we demand our full freedom, we want to contribute to democratic economic, social and political decision-makings.

From the earliest manifestations, the bloody repression waged by the henchmen of the intelligence services has greatly shocked the majority of Syrians, as well as the ease with which President Bashar al-Assad spoke to them through the puppets of the alleged Council of the people. The president is not the young man who was said to have modern and reformist tendencies, but a dictator like the others, unable to understand what was happening in front his eyes, ready to kill half of his people to remain in power, thinking he is the only one to have the right to decide what reforms the country needs and when to grant them to his subjects as a reward.

Syria has changed. The Syrians have definitely broken down the wall of fear. They have shown extraordinary courage by demonstrating at the risk of their lives. Whenever young people decide to go join a protest, they say goodbye to their loved ones as if they were seeing them for the last time. They are willing to sacrifice everything for freedom, taking over two generations of political activists and intellectuals who opposed the hegemony of the Baath Party and who paid the price for many years in prison. After nearly fifty years of deprivation of freedom, the Syrians are opening up to politics, to debates on the future of the country, and nothing will be as before.

The objective observers in the Arab world and elsewhere are finding that the regime is at bay, day after day, exhausting all its cartridges, because of its secretary and messy ways in handling the crisis. After the terrible events of the 1980s, including the massacre of Hama, with its 20,000 dead, Syrian society was paralyzed with fear. Former President Hafez Al-Assad ruled without having to face opposition, if not that of some intellectuals. He threw them in prison and forgot about them. When they came, they started writing again, publishing testimonials and sign petitions that did not disturb the regime’s heavy tranquility.

Society remained silent, content to ensure its survival as it had learned to do through the vicissitudes of its long history. Those who do not know the Syrians know their patience and endurance.
The ruling clan acts openly, its corruption is obvious. Governments succeed each other while no one is interested. Parliament is elected before voters go to the polls and the polls are open. The Syrians do not know, in most cases, the names of those who are supposed to represent them – and who have recently horrified them by their servile behavior and their ridiculous flatteries the day Bashar Al-Assad gave them his only speech since the beginning of the revolt. They greeted each sentence with a standing ovation, recited poems, laughing with delight, saying that a president as good and intelligent deserves to lead all humanity, not only the Syrians and Arabs. At the same time, the blood flowed in Deraa, located barely 100 km awe from Damascus, where they attended the masquerade.
It is then likely that the Syrians have felt more than ever the need to reconnect with their ancient tradition of having a pluralistic and true Parliament. The names of great men of the national movement were raised again, the memory o the 1950s was revived, young activists posted on the Internet notes recalling the history of Syria before the arrival in power of the Baath Party, and the text of the old Constitution, which guaranteed all democratic freedoms. In particular, to counter the official propaganda on the dangers faced by religious minorities if the regime were to fall, they insisted on some great figures of the struggle for independence, as the Druze Sultan Pasha Al-Atrash, who had led from 1925 to 1927 the revolution against the French mandate, or the Christian Fares Al-Khoury, twice prime minister, who was even responsible for ensuring the Islamic dead hand property [property belonging to congregations or hospitals].

While the power prohibits the independent press, Arab and international, to do its job, it is these young militants, armed only with their mobile phones, which have spread throughout the world, through Facebook and YouTube, images of savage repression that has plagued the countries.
The uprising enters its thirteenth week, and according to the organizations of human rights, the crackdown has already led to more than 1500 deaths, thousands of serious injuries and about 12,000 arrests. Protesters insist on the peaceful and non-violent uprising. They know that the regime, in the name of regional stability, benefits from the indulgence of the powerful of this world, but they are determined to make it fall. Will no longer accept the return to the situation of before March 15. No one has forgotten the horrors of the 1980s. The regime claims that it will initiate a national dialogue, which the opposition has demanded a long time and was refused. Intellectuals, democrats continue to call their vows to stop the bloodshed, even if they are convinced it can no longer take place.
I walk the streets of Damascus and I see the anguish of my fellow citizens, but also hope to get out of this nightmare. Having spent my entire youth with students and intellectuals who dreamed of a free Syria, I know the feelings that today drive the young people of my country and I know they will succeed. By holding on to its secretary position, ignoring the demands of the population, unleashing its archaic means of communication against the revolt , the regime has sentenced itself to disappear.
Syrian society, yesterday still traumatized by what it has lived for over forty years, has mastered its fears and will soon join, after so many sacrifices for freedom and dignity, its Tunisian and Egyptian sisters in the construction of a democratic Arab world.

Khaled Khalifa

Original French translation of Khalifa’s Arabic text below

:: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

Le bain de sang doit être arrêté en Syrie
Article paru dans l’édition du 17.06.11
Une nouvelle démocratie arabe naîtra sur les ruines du régime de Damas

Le 1er avril, au début de la troisième semaine de la révolte en Syrie, le régime avait déjà usé toute sa batterie de mensonges, la même que celle des présidents Ben Ali et Moubarak, en accusant les manifestants d’être des infiltrés, des saboteurs, des agents à la solde de l’étranger, des toxicomanes à la recherche de drogues psychédéliques. Il était allé jusqu’à inventer l’existence de bandes armées qui s’attaquaient à la police, de gangs venus des pays voisins pour semer le désordre, grassement payés par tel gouvernement arabe ou tel parti politique libanais.
Les médias officiels diffusaient des récits invraisemblables qui ne pouvaient convaincre que les convaincus, tant ils manquaient d’imagination. Récits que les affidés du pouvoir reprenaient comme des vérités incontestables, cherchant à faire peur, à soulever une partie de la population contre une
autre, à mobiliser tous ceux qui profitaient de la dictature d’une manière ou d’une autre.
En face, les manifestants avançaient, imperturbables, en clamant des revendications nettes et précises : nous n’acceptons plus de vivre sous un régime despotique et corrompu, nous exigeons notre entière liberté, nous voulons contribuer démocratiquement à la prise des décisions
économiques, sociales et politiques.
Dès les premières manifestations, la répression sanglante menée par les sbires des services de renseignement a vivement choqué la majorité des Syriens, de même que la désinvolture avec laquelle le président Bachar Al-Assad s’est adressé à eux à travers les marionnettes du prétendu Conseil
du peuple. Le président n’est donc pas ce jeune homme qu’on disait moderne et aux velléités réformistes, mais un dictateur comme les autres, incapable de comprendre ce qui se passe sous ses yeux, prêt à exterminer la moitié de son peuple pour se maintenir au pouvoir et qui pense être le
seul à avoir le droit de décider de quelles réformes le pays a besoin et quand les octroyer à ses sujets comme une gratification.
La Syrie a changé. Les Syriens ont définitivement abattu le mur de la peur. Ils ont fait montre d’un courage extraordinaire en manifestant au péril de leur vie. Chaque fois que des jeunes gens se décident à aller rejoindre une manifestation, ils font leurs adieux à leurs proches comme s’ils les voyaient pour la dernière fois. Ils sont disposés à tout sacrifier pour la liberté, prenant le relais de deux générations de militants politiques et d’intellectuels qui se sont opposés à l’hégémonie du parti Baas et qui en ont payé le prix par de longues années de prison. Après près de cinquante ans de privation de liberté, les Syriens s’ouvrent de nouveau à la politique, aux débats sur l’avenir du pays, et rien ne sera plus comme avant.
Les observateurs objectifs dans le monde arabe et ailleurs constatent que le régime est aux abois, qu’il épuise jour après jour toutes ses cartouches par sa façon sécuritaire et désordonnée de gérer la crise. Après les terribles événements des années 1980, notamment le massacre de Hama, avec ses 20 000 morts, la société syrienne était tétanisée de peur.
L’ex-président Hafez Al-Assad gouvernait sans avoir à affronter d’opposition, sinon celle de quelques intellectuels. Il les jetait en prison et les oubliait, et quand ils en sortaient, ils recommençaient à écrire, à publier des témoignages et à signer des pétitions qui ne troublaient pas la lourde
quiétude du régime. La société restait muette, se contentant d’assurer sa survie comme elle avait appris à le faire à travers les vicissitudes de sa longue histoire. Ceux qui ne connaissent pas les Syriens ignorent leur patience et leur endurance.
Le clan au pouvoir agit ouvertement, sa corruption est flagrante. Les gouvernements se succèdent sans intéresser personne. Le Parlement est élu avant que les électeurs ne se rendent dans les bureaux de vote et que les urnes ne soient ouvertes. Les Syriens ne connaissent pas, le plus souvent, les noms de ceux qui sont censés les représenter – et qui les ont dernièrement horripilés par leur comportement servile et leurs flatteries ridicules le jour où Bachar Al-Assad a prononcé devant eux son seul et unique discours depuis le début de la révolte. Ils accueillaient chaque phrase par une ovation, déclamaient des poèmes, riaient d’aise, affirmaient qu’un président aussi bon et intelligent
mériterait de diriger l’humanité tout entière, et non seulement les Syriens et les Arabes. Au même moment, le sang coulait à Deraa, située à peine à 100 km de Damas, où se déroulait cette mascarade.
C’est alors probablement que les Syriens ont ressenti plus que jamais le besoin de renouer avec leur ancienne tradition pluraliste et d’avoir un vrai Parlement. Les noms des grands hommes du mouvement national ont été évoqués de nouveau, le souvenir des années 1950 s’est ravivé, les jeunes
militants ont diffusé sur Internet des notes rappelant l’histoire de la Syrie avant l’arrivée au pouvoir du parti Baas, ainsi que le texte de l’ancienne Constitution, qui garantissait toutes les libertés démocratiques. Ils ont notamment insisté, pour contrecarrer la propagande officielle sur les dangers qu’encouraient les minorités religieuses si le régime venait à tomber, sur quelques grandes figures de la lutte pour l’indépendance, comme le druze sultan Pacha Al-Atrach, qui avait dirigé de 1925 à 1927 la révolution contre le mandat français, ou le chrétien Farès Al-Khoury, deux fois premier ministre et qui avait même été chargé de veiller sur les biens islamiques de mainmorte [biens appartenant à des congrégations ou à des hôpitaux].

Alors que le pouvoir interdit à la presse indépendante, arabe et internationale, de faire son travail, ce sont ces jeunes militants, armés seulement de leurs téléphones portables, qui ont diffusé dans le monde entier, à travers Facebook et YouTube, des images de la répression barbare qui sévit dans le
pays. Le soulèvement entame sa treizième semaine, et, selon les organisations des droits de l’homme, cette répression s’est déjà soldée par plus de 1 500 morts, des milliers de blessés graves et quelque 12 000 arrestations. Les manifestants tiennent au caractère pacifique et non violent du soulèvement. Ils savent que le régime, au nom de la stabilité régionale, bénéficie de l’indulgence des puissants de ce monde, mais ils sont déterminés à le faire tomber. Personne n’acceptera plus le retour à la situation d’avant le 15 mars. Personne n’a oublié les horreurs des années 1980.
Le régime prétend qu’il va engager un dialogue national, ce que l’opposition a exigé depuis longtemps et qui lui a été refusé. Les intellectuels démocrates continuent de l’appeler de leurs voeux pour que s’arrête le bain de sang, même s’ils sont persuadés qu’il ne pourra plus avoir lieu.
Je marche dans les rues de Damas et je perçois l’angoisse de mes concitoyens, mais aussi leur espoir de sortir de ce cauchemar. Ayant passé toute ma jeunesse avec des étudiants et des intellectuels qui rêvaient d’une Syrie libre, je connais bien les sentiments qui animent aujourd’hui les jeunes de
mon pays et je sais qu’ils obtiendront gain de cause. En campant sur ses positions sécuritaires, en ignorant les revendications de la population, en déchaînant contre la révolte ses moyens de
communication d’un autre âge, le régime s’est condamné lui-même à disparaître.
La société syrienne, hier encore traumatisée par ce qu’elle a vécu pendant plus de quarante ans, a maîtrisé ses peurs et elle rejoindra bientôt, après tant de sacrifices consentis pour sa liberté et sa dignité, ses soeurs tunisienne et égyptienne dans la construction d’un monde arabe démocratique.

Khaled Khalifa

Post to Twitter

Diazepam Buy Tadalafil Cialis Pfiagara India Amlodipine Buying Ultram No Prescription Online Vitamin Supplements Free Viagra Samples Free Viagra Samples Viagra Dosing Natural Pain Killer For Tooth Pain Cialis Promise Program Chantix Verapamil Side Effects Viagra Buy In Uk Online Pain Medications In Order Of Strenght Ordering Levitra Plus Online No Prescription Buy Sildenafil Online Lorazepam Cheap Xanax 2Mg Overnight Delivery Cialis Alternative Over The Counter
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Leave your response!

You must be logged in to post a comment.