Bloodshed in the Syrian revolution will prove that we deserve to live

13 May 2011 172 views No Comment Email This Post Email This Post Print This Post Print This Post

May 8, 2011 interview by Peter Puchot, translated into French by Rania Samara for Mediapart. Full French version available at the end of this post.
Translated into English using Google translate.

The Syrian people endlessly pays its revolution with its blood. Across the country, each event is now fiercely repressed by Bashar Al Asad’s regime, out of breath and of ideas. At least six people were killed Saturday in the coastal city of Banias (northwest), a hotbed of protest in Syria, invested at dawn by the army and where gunfire rang out at the end of the day . Friday, at least 26 demonstrators were killed by Syrian security forces in several cities in the center and the west, while Riad Seif, a leading opposition figures, was arrested in Damascus. According to Amnesty International, “violence always gets worse, mass arrests and mistreatment of detainees have only strengthened the resolve of protesters across the country.”

For Mediapart, writer and screenwriter Syrian Khaled Khalifa (author of in Praise of Hatered, 2008, published in France by Actes Sud in may 2011), who saw the revolution in Aleppo, his hometown, and Damascus where he resides most of the time, gives his analysis on a movement that, “different from that of the 1980s, has really turned into a revolution in the month of April.” Interview.

Khaled Khalifa, how do you cope with the current events taking place in Syria? Were they expected?
 
I’ve lived in Damascus for a long time. Today, all Syrian cities need us to live in their heart and be in ours. In recent weeks, besieged Deraa, became the capital of Syria, in symbolic and metaphorical senses. It was then the turn of Homs and other cities to revolt.
I defend the right of my people for democracy, I closely watch the process of change of which I can actually testify. For the first time in 40 years, the Syrian society begins to break the wall of fear. It’s as if it saw itself for the first time: (it sees) fear of the future and at the same time, confidence to lead its way into it. Since the departure of Mubarak, I’ve been waiting for the Syrian revolt, but I could not imagine what form it would take, nor where it would be triggered.

In France, a comparison with Tunisia seems obvious, is it also your view? Besides the type of plan, do both societies seem close to each other to you? Could the outcome be the same? 

 
The conditions in all Arab societies are more or less similar. Poverty, repression, prohibition of doing politics or participate in decisions, the hegemony of the security apparatus on the lives of people and of course the complicity between power and corruption, the attempt to destroy and kill the middle class. Syria and Tunisia are very similar. In this sense, the Arab leaders lack imagination and reproduce the traditional methods of repression, dominated by a total disregard of popular demands. Unlike other Arab regimes, power in Syria stands out for having employed the same methods unperturbed for 40 years. Add to that the geopolitical position of Syria, which leaves a lot of cards for the regime to play. Also, the regime has found a few points of contact with the Egyptian revolution, Tunisia and Yemen. It did not follow the Libyan or Iraqi regimes, despite their proximity. The special situation of Syrians made them create an original form which is unlike any other, based on the destruction of the system step by step, expressing their love for peace and civil society. 
I do not think there are organizers or manipulators of this revolt. There is just the intuitive awareness of a civil society that will quickly turn into an organized structure capable of generating mechanisms to overcome internal resistance, but not replicate the Iraqi or Libyan models. 


Your latest novel evokes a clash between radical Islam and the despotic state. How does it articulate with what is happening in Syria? Does this opposition still seem relevant to you?
 
The circumstances are very different from the time of the 1980 conflict. Today what is going in Syria is a revolution. Some points need to be clarified.
In the 1980s, the majority of Syrians wanted the State to vanquish the Muslim Brotherhood opposition, however, the victory was not theirs. It nevertheless constituted the starting point of a crisis where the Syrians have been punished for supporting the power and for not having adhered to the views of fundamentalists, and many civilians were brutally murdered in Aleppo and Hama.The conflict has resulted in a security state that has forfeited all rights. The regime has made our society feel that it was entirely at fault, free expression was banned and the little freedom we had was also confiscated. Life in Syria has frozen since the late 1980s.
It is only on March 15 2011 that the Syrians have discovered their stagnation. The strangest thing is that they have also discovered the immobility of their government who continued to act as it did before. Firing on demonstrators, pretending that gangs existed that killed protesters, have caused a serious split in the society during the first two weeks of rebellion. But since then society has rapidly evolvedy, burning stages, while its demands for a better future grew further. The regime is terrified by this idea, it can only curl up on itself, noting that there is no such thing as a “reign of necessity” when the people are out on the streets, demanding their complete and total freedom.

During the first days of the revolution, I wrote on my Facebook page -only media available today, I hoped that no other writer will have to write a novel of the kind of In praise of hatred. I still hope week after week, but the choice of hardness and repression, which made the regime to quell the demonstrations makes me think that more such novels will be written in the future.

Doesn’t the movement that inflames the Arab world mark the end of this alternative long promoted by the West and the regimes: either radical Islam, or the despotic regime in place?
 

Perfectly! It’s the end of many notions that Arab governments had sold for a long time the international community: Extremist Islam and civil wars that despotic regimes have long promoted. This simple fact proves that the Arab peoples are looking to the future while regimes belong to the past. The machinery of the state has stopped in all Arab countries. Thus, revolution has become an indispensable necessity. People from over twenty Arab countries aspire to join the world in dialogue, in dream, to build a universal civilization. For the first time, we discover our politeness, our respect for the law and our culture, as we discover the arrogance of Arab leaders, criminals and ignorant. Any observer who knows a little bit of Arab history will note that the Arabs are trying to enter with force in human space, the Arab powers like it or not. 
 
 


What role can literature play in a period of upheaval like the one currently facing the Arab world? Can we conceive it, as was the case in France during the 1960s for example, as a vehicle for emancipation?
 
The circumstances of the Arab revolution are very different compared to nature and culture of European societies.We know we’re not going to invent a new democracy, but this is the first time that we, Arabs, free ourselves for good of Ottoman colonialism. For the first time, we sit around a table and discuss our lives, despite our ideological differences. For the first time, we recognize the right to difference in our views. We test new concepts of culture and democracy. During the past ten years, literature has raised the idea of deconstructing the individual, the Arabic novel faced the dismantle of a set of collective concepts like religion, tradition and ancestral culture. For the first time the idea of the other is on the table, not as an invader or a conspirator, for the first time we got out of the essay to the narrative and this can only be conducted by the literature.

What people of my generation did, have contributed somewhat to deconstruct the collective culture and language of totalitarianism.The interest of this literature is that it is integrated in its society without being foreign and without abandoning the essential causes that its embraced. We are not talking about lakes and mountains while our people are engaged in a struggle for democracy for many years. Our elites are paying the fighting with their blood, by exile or imprisonment. I communicate with many friends around the world and I tell them do not be surprised to see the new decade to become the golden age of the novel.

Do you consider that, like movies or programs broadcast by satellite channels, literature, by language, but the topics addressed, now gives all its fullness to an Arab world that struggles to exist politically since decolonization?
 
Arab satellite channels have greatly contributed to spreading the culture of revolution, they reminded citizens of their political rights, they have acted as a positive catalyst. But television shows will not abandon their daily role of documentation and these revolutions need a serious artistic arsenal to be dispensed. For the first time, we will publish journals that transgress taboos without fear, something that will place the culture in society, not as a prohibited act, but as a call to dialogue. We will discuss without fear, we will learn to know our differences away from the culture of betrayal. Bloodshed in the Syrian revolution will prove that we are a courageous people who deserves to live. The scandals of Arab leaders who have so far fallen has made us realize that we have long been worthy of better politics, that we are entitled to real rulers, better than the criminals looting the wealth of the people. I must add that we, Arab writers and intellectuals, think the West has its share of responsibility for supporting all Arab dictatorships in half a century of political connivance. We hope that this support will not continue, because it would mean that the revolution would go spreading to other parts of the world to offset this imbalance.

The death of Bin Laden represents for us the beginning of the decline in extremist Islam, although the responsibility of Western countries and the United States in its promotion has not yet been elucidated. Our societies are waking up, writers and artists will never again be foreigners in their homelands, they are the ones who will lead the change. Breaking the heads of their leaders does not mean they have succeeded in changing their societies. We are aware that the road is long, it will take much more work to bring down the regime. The role of artists, writers and intellectuals begins precisely from this point towards a profound change. We recognize that the involvement of the people in our cultural projects and life in a functioning democracy are a thousand times more difficult than life under a stable despotism, especially that the latter still has its claws and fangs.

:: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

“La destruction pas à pas» du régime syrien

08 Mai 2011 Entretien par Pierre Puchot, traduit en français par Rania Samara

Le peuple syrien n’en finit plus de payer de son sang sa révolution. Aux quatre coins du pays, chaque manifestation est désormais férocement réprimée par le régime à bout de souffle, et d’idées, du président Bachar El-Assad. Au moins six personnes ont été tuées samedi dans la ville côtière de Banias (nord-ouest), l’un des foyers de la contestation en Syrie, investie à l’aube par l’armée et où des tirs nourris résonnaient en fin de journée. Vendredi, au moins 26 manifestants ont été tués par les forces de sécurité syriennes dans plusieurs villes du centre et de l’ouest du pays, tandis que Riad Seif, l’une des principales figures de l’opposition, a été arrêté à Damas. Selon Amnesty International, «la violence qui empire toujours, les arrestations massives et les mauvais traitements infligés aux détenus n’ont fait que renforcer la détermination des manifestants à travers le pays».

Pour Mediapart, l’écrivain et scénariste syrien Khaled Khalifa (auteur notamment en 2008 d’Eloge de la haine, publié en France chez Actes Sud), qui vit la révolution depuis Alep, sa ville natale, et Damas où il réside la plupart du temps, livre son analyse sur un mouvement qui, «différent de celui des années 1980, s’est véritablement transformé en révolution au cours du mois d’avril». Entretien.

Khaled Khalifa, comment vivez-vous les événements actuels qui se déroulent en Syrie? Les jugiez-vous prévisibles?

Je vis depuis longtemps à Damas. Aujourd’hui, toutes les villes syriennes ont besoin que nous vivions dans leur cœur et d’être dans le nôtre. Durant les dernières semaines, Deraa, assiégée, est devenue la capitale de la Syrie au sens symbolique et métaphorique. C’était ensuite au tour de Homs et des autres villes révoltées.
Je défends le droit de mon peuple à la démocratie, j’observe de près le processus de changement dont je peux témoigner effectivement. Pour la première fois depuis 40 ans, la société syrienne commence à briser le mur de sa peur. C’est comme si elle se regardait pour la première fois : peur de l’avenir et, en même temps, assurance de s’y diriger. Depuis le départ de Moubarak, j’attendais la révolte syrienne, mais je ne pouvais imaginer quelle forme elle prendrait, ni le lieu où elle se déclencherait.

De France, la comparaison avec la Tunisie semble évidente, l’est-elle également de votre point de vue? Outre le type de régime, les deux sociétés vous paraissent-elles proches? L’issue pourrait-elle être la même?


Les conditions dans toutes les sociétés arabes sont plus ou moins similaires. Nous y retrouvons la pauvreté, la répression, l’interdiction de faire de la politique ou de participer aux décisions, l’hégémonie des appareils sécuritaires sur la vie des gens et, bien sûr la complicité entre la corruption et le pouvoir, la tentative de détruire, de tuer les classes moyennes. La Syrie et la Tunisie se ressemblent beaucoup. En ce sens, les dirigeants arabes manquent d’imagination et reproduisent les méthodes de répression traditionnelles où prédomine le mépris total des revendications populaires. 
A la différence des autres régimes arabes, le pouvoir en Syrie se distingue pour avoir employé imperturbablement les mêmes procédés depuis 40 ans. Ajoutons à cela la place géopolitique de la Syrie, qui laisse beaucoup de cartes entre les mains du régime. Aussi, le régime a trouvé quelques points de rencontre avec la révolution égyptienne, tunisienne et yéménite. Il n’a pas suivi le régime libyen ou irakien, malgré leur proximité. Ls situation particulière des Syriens leur a fait créer une forme originale qui ne ressemble à aucune autre, fondée sur la destruction du régime pas à pas, et qui exprime leur amour pour la paix et pour la société civile.
Je ne crois pas qu’il existe d’organisateurs ou de manipulateurs de cette révolte, sinon la conscience intuitive d’une société civile qui se transformera rapidement en une structure organisée, capable d’engendrer des mécanismes de résistance intérieure pour vaincre, sans pour autant reproduire le modèle irakien ou libyen.


Votre dernier roman évoque un affrontement entre l’islamisme radical et le despotisme étatique. Comment s’articule-il avec ce qui se passe actuellement en Syrie? Cette opposition vous paraît toujours d’actualité?

Les circonstances sont très différentes de l’époque du conflit des années 1980. Il s’agit actuellement en Syrie d’une véritable révolution. Je me dois d’éclaircir certains points.
Dans les années 1980, la majorité des Syriens désiraient que l’Etat ait le dessus sur le parti des Frères musulmans, aussi, la victoire n’était pas la leur. Elle a constitué néanmoins le point de départ d’une crise où les Syriens ont été châtiés pour avoir soutenu le pouvoir et pour n’avoir pas adhéré aux thèses des intégristes, et de nombreux civils ont été sauvagement assassinés à Alep et à Hama. Le conflit a débouché sur un Etat sécuritaire qui a confisqué tous les droits, le régime a fait sentir à la société syrienne qu’elle était entièrement fautive, la parole a été interdite et le peu de liberté a été confisqué aussi. La vie en Syrie s’est figée depuis la fin des années 1980.
Ce n’est que le 15 mars 2011 que les Syriens ont découvert leur stagnation. Le plus étrange, c’est qu’ils ont découvert aussi l’immobilité de leur gouvernement qui continuait d’agir comme par le passé. Tirer sur les manifestants, faire croire à l’existence de bandes qui tuent les manifestants ont causé une grave scission dans la société au cours des deux premières semaines de révolte. Mais, depuis, la société a évolué rapidement, brûlant les étapes, alors que ses revendications pour un avenir meilleur montaient de plus en plus. Le régime est terrifié par cette idée, il ne peut que se recroqueviller sur lui-même, en constatant qu’il n’existe pas au monde de «régime de nécessité», lorsque le peuple sort dans la rue, exigeant son entière et totale liberté.
Au cours des premiers jours de la révolution, j’ai écrit sur ma page Facebook –seul média disponible actuellement– que j’espérais qu’aucun autre écrivain ne soit amené à écrire un autre roman du genre de l’Eloge de la haine, je continue à l’espérer semaine après semaine, mais le choix sécuritaire, dur et répressif, dont use le régime pour mater les manifestations me fait penser que nous écrirons d’autres romans de ce genre dans l’avenir.

Le mouvement qui embrase le monde arabe ne marque-t-il pas la fin de cette alternative longtemps promue par l’Occident et les régimes en place: soit l’islam radical, soit le régime despotique en place?


Parfaitement! C’est la fin de nombreuses notions que les pouvoirs arabes avaient vendues pendant longtemps à la communauté internationale. Il s’agit de l’islam extrémiste et des guerres civiles que les régimes despotiques ont promus pendant longtemps. La simple réalité prouve que les peuples arabes sont tournés vers le futur alors que leurs régimes appartiennent au passé. Les machines de l’Etat se sont arrêtées dans tous les pays arabes, aussi, les révolutions étaient devenues une nécessité indispensable. Les peuples de plus de vingt pays arabes aspirent à faire partie du monde, à discuter, à rêver, à édifier la civilisation universelle. Pour la première fois, nous découvrons notre politesse, notre respect de la loi et de notre culture, comme nous découvrons l’arrogance des dirigeants arabes, criminels et ignorants. Tout observateur qui connaît un tant soit peu l’histoire arabe pourra constater que les Arabes sont en train de pénétrer avec force dans l’espace humain, que les pouvoirs arabes le veuillent ou non.


Quel rôle la littérature peut-elle jouer dans une période de profond bouleversement comme celle que connaît actuellement le monde arabe? Peut-on la concevoir, comme c’était le cas en France au cours des années 1960 par exemple, comme un vecteur d’émancipation?
Les circonstances des révolutions arabes sont très différentes comparées à la nature et à la culture des sociétés européennes. Nous savons bien que nous n’allons pas inventer une nouvelle démocratie, mais c’est la première fois que nous, Arabes, nous nous libérons pour de bon du colonialisme ottoman. Pour la première fois, nous sommes assis autour d’une même table et nous discutons nos conditions de vie, malgré nos différences idéologiques. Pour la première fois, nous admettons le droit à la différence de nos points de vue. Nous testons de nouveau les concepts de culture et de démocratie. Pendant les dix dernières années, la littérature a porté l’idée de déconstruction de l’individu, le roman arabe s’est retrouvé face au démantèlement d’un ensemble de concepts collectifs, comme la religion, les mœurs et la culture ancestrale. Pour la première fois, l’idée de l’autre est mise sur le tapis, non comme un envahisseur ou un comploteur, pour la première fois, nous sommes sortis de la dissertation vers la narration et cela ne peut être mené que par la littérature.
Ce que les gens de ma génération ont fait a contribué quelque peu à déconstruire la culture collective et le langage totalitaire. L’intérêt de cette littérature, c’est qu’elle est intégrée dans sa société sans en être étrangère et sans abandonner les causes essentielles qu’elle défendait. Nous ne parlons pas de lacs et de montagnes alors que notre peuple est engagé dans une lutte pour la démocratie depuis de longues années. Nos élites payent ces combats de leur sang, par l’exil ou l’emprisonnement. Je communique avec de nombreux amis de par le monde et je leur dis de ne pas s’étonner de voir la nouvelle décennie devenir l’âge d’or du roman.

Considérez-vous que, comme le cinéma ou les programmes diffusées par les chaînes satellitaires, la littérature, par la langue, mais aussi les thématiques abordées, donne aujourd’hui toute sa plénitude à un monde arabe qui peine à exister politiquement depuis la décolonisation?


Les chaînes satellitaires arabes ont grandement contribué à répandre la culture de la révolution, elles ont rappelé à l’esprit des citoyens leurs droits politiques, elles ont joué le rôle d’un catalyseur positif. Mais les émissions n’abandonneront pas leur rôle quotidien de documentation et ces révolutions ont besoin d’un arsenal artistique sérieux pour être consacrées. Pour la première fois, nous publierons des revues qui transgressent les tabous sans peur, chose qui replacera la culture au sein de la société, non comme acte prohibé, mais comme appel au dialogue. Nous discuterons sans peur, nous apprendrons à connaître nos différences, loin de la culture de la traîtrise. Le sang versé dans la révolution syrienne prouvera que nous sommes un peuple courageux qui mérite de vivre. Les scandales des chefs arabes qui sont tombés à ce jour nous ont donné conscience que, depuis longtemps, nous sommes dignes d’avoir une meilleure politique, que nous avons droit à de vrais gouvernants, meilleurs que ces criminels pilleurs des richesses du peuple. Je dois ajouter que nous, écrivains et intellectuels arabes, nous faisons porter à l’Occident une part de responsabilité pour avoir soutenu autant les dictatures arabes pendant un demi-siècle de connivence politique. Nous espérons que ce soutien ne se poursuivra pas, car cela signifierait que les révolutions iraient se propageant vers d’autres parties du monde pour compenser ce déséquilibre.
La mort de Ben Laden représente pour nous le début du recul de l’islam extrémiste, bien que la part de responsabilité des pays occidentaux et des États-Unis dans sa promotion n’ait pas encore été élucidée. 
Nos sociétés se réveillent, les écrivains et les artistes ne seront plus jamais étrangers dans leurs patries, ce sont eux qui mèneront le changement. Faire tomber les têtes de leurs dirigeants ne signifie pas qu’ils ont réussi à changer leurs sociétés. Nous sommes conscients que la route est longue, qu’il faudrait beaucoup plus de travail pour faire tomber le régime. Le rôle des artistes, des écrivains et des intellectuels commencera justement à partir de ce point, vers un changement profond. Nous sommes conscients que l’implication du peuple dans nos projets culturels et que la vie au sein d’une démocratie en marche sont mille fois plus difficiles que de vivre sous un despotisme stable, surtout que ce dernier garde encore ses griffes et ses crocs.

Post to Twitter

Viagra Orders From Australia Diet Pill Prescriptions Levitra Drugs Diazepam Lorazepam Buying Pain Relievers Pills Fda Levitra Free Cialis Samples Canada Celebrex Price Comparison Info Viagra Info Viagra Bactrim Antibiotic Ambien Online Ambien Online Ambien Online Ambien Online Ambien Online Viagra Generic Drug Viagra Generic Drug How Long Adipex Stays In System Diazepam
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Leave your response!

You must be logged in to post a comment.